Question bougie

Réglage, bougie...
Avatar du membre
Val5962
Adhérent(e) MCF
Messages : 126
Enregistré le : 25 mars 2020, 18:14
Localisation : Gondecourt 59

Re: Question bougie

Message par Val5962 »

Merci pour les infos
AV31 / AV32M / AV37 / AU47 / AU78 Mastic / AU78 / AV79 / AV87 / AU88 / AV89 balancier / SP50 / BG / SCOOTER : LAMBRETTA LD125 et PEUGEOT S57
Avatar du membre
sp93
Adhérent(e) MCF
Messages : 9705
Enregistré le : 27 oct. 2013, 13:10
Localisation : nancy 54

Re: Question bougie

Message par sp93 »

"c'est valable sur des moteurs archi-bien réglé, qui tournent quasiment en vitesse stationnaire.
si il y a le moindre encrassement, ou perlage, c'est mort. "
pourquoi vitesse stationnaire ?
y as des multi-electrodes pour bagnoles, motos et autres moteurs par lodge , beru , bosch et même ngk
certaines était même montées d origines en multielectrode ....
40 v - 51 magnum 1987 - av 88 - 92 gt - sp 93 topaze - 95 tt - Adhérent # 3 524
Pierre74
Visiteur assidu
Messages : 180
Enregistré le : 02 oct. 2019, 06:48
Localisation : 74, entre lacs et montagnes

Re: Question bougie

Message par Pierre74 »

bentou a écrit : 27 mars 2021, 15:12
Pierre74 a écrit : 26 mars 2021, 18:02 Sur nos moteurs "d'engins volants identifiés", on a ça :

Bougie aviation.jpg

En deux, trois ou quatre électrodes de masse. Ce n'est pas pour ça qu'il y a deux, trois ou quatre étincelles... ! C'est plus pour la sécurité qu'autre chose, d'autant plus qu'il y a deux allumages totalement indépendants (deux bonnes vieilles magnétos, encore en 2021...), donc deux bougies par gamelle.
c'est valable sur des moteurs archi-bien réglé, qui tournent quasiment en vitesse stationnaire.
si il y a le moindre encrassement, ou perlage, c'est mort.
on divise "simplement" l'usure de l'électrode par 3.
Si je peux me permettre juste quelques petites précisions :

- Si un moteur d'avion peut être considéré "à vitesse constante" et non pas à "vitesse stationnaire", il ne possède pas de régulateur de régime ni de varition d'avance a l'allumage et il n'a pas l'exclusivité du double allumage. ALFA ROMÉO (entre autres) en a équipé certains de ces moteurs, et ce depuis 1914 ! Le plus célèbre proche de nous est le 2.0L de la 75 "Twin Spark" qui a fait une longue carrière sous d'autres capots.. Le berlingue avait la voie haute : proche des 8000 tr/mm apres prepa, 6000 normalement. . Sur une automobile, on on peut pas dire que le moteur est stationnaire (dans tous les sens du terme...) et le régime constant... ! Et pour en revenir à nos moteurs de coucous : une deuxième magneto est déjà nécessaire ne serrait-ce que pour le démarrage. Au point fixe, un O320, 5.2 L de cylindrée, tourne a 2350 tr/mm sur une seule magneto et à 2400 sur les deux. Mais ce n'est pas le sujet, donc j'arrête ici.
- Considérer que l'usure des électrodes d'une bougie peut être divisée par le nombre qu'elle en comporte est un peu trop facile sans que ce ne soit totalement faux. La création et le comportement d'une étincelle en milieu "hostile " sont bien plus compliqués. Qu'il y ait une, deux, trois, quatre... electrodes de masse, la centrale, elle, est toujours seule... !
- Quant au perlage, c'est encore une toute autre histoire. Que ce soit en bougie multi-électrodes, double ou simple allumage n'y changera rien... Et ce phénomène n'est pas non plus, l'exclusivité du deux temps !

Pendant que l'on est en plein dans le sujet : pourquoi nos moteurs deux temps n'ont-ils pas d'avance à l'allumage variable... , hum ? (Dis P'a, pourquoi ta D45 a une avance à l'allumage variable et pas ma P55.. ? :shock: Ça aurait pu faire l'objet d'un p'tit quizz (auquel Fluky est d'office exclu). :wink:
Avatar du membre
sp93
Adhérent(e) MCF
Messages : 9705
Enregistré le : 27 oct. 2013, 13:10
Localisation : nancy 54

Re: Question bougie

Message par sp93 »

certains allumage électronique adaptable ont l avance variable
le ducati monté parfois sur certaines magnum possède aussi l avance variable :
schema_allumage_malossi_mbk1.jpg
schema_allumage_malossi_mbk1.jpg (63.46 Kio) Vu 256 fois
40 v - 51 magnum 1987 - av 88 - 92 gt - sp 93 topaze - 95 tt - Adhérent # 3 524
Avatar du membre
Fluky
Adhérent(e) MCF
Messages : 11782
Enregistré le : 07 déc. 2008, 10:36
Localisation : 44 - Vertou

Re: Question bougie

Message par Fluky »

Pierre74 a écrit : 26 mars 2021, 18:02 En deux, trois ou quatre électrodes de masse. Ce n'est pas pour ça qu'il y a deux, trois ou quatre étincelles... !
C'est bien de préciser pour certains.

Quelque soit le nombre d'électrodes, on n'aura qu'un seul arc électrique par allumage.

Quelque soit le nombre d'électrodes, si la bougie perle, c'est mort, la bille de carbone faisant court-circuit franc.

Concernant les bougies multi-électrodes, il y en avait une intéressante quand j'était djeuns dans les 70's, la Golden Lodge (je ne sais pas si elles se fabriquent toujours).

Golden-Lodge-1.jpg
Golden-Lodge-1.jpg (42.93 Kio) Vu 244 fois

Extrait d'un article que j'avais rédigé pour obsession :

Cette bougie comporte un dispositif "haute fréquence" constitué par ce que l’on peut appeler un "convertisseur".

Ce convertisseur comprend un condensateur (B) branché en parallèle avec les 2 coupelles (C) écartées et formant éclateur avec effet disruptif.

Le condensateur est un petit cylindre en céramique inséré en entre les 2 rondelles du disrupteur.

Cet ensemble est intercalé, au centre de l'isolant, dans l'arrivée du courant à l'électrode centrale par le ressort A.

La haute fréquence nécessaire à la continuation de l'étincelage au cours de l'encrassement progressif de la bougie, n'est engendrée que par la naissance de la dérivation du courant par les dépôts.

Le condensateur n'est saturé que lorsque la bougie est totalement encrassée.

L'écartement des électrodes est important* : il est de 3/100 de pouce, soit 0,762 mm. Ce jeu, qui sépare l'électrode centrale d'une des 4 électrodes G, est la somme des 2 écartements E et F, E étant la distance qui sépare l'électrode de masse du bord de l'isolant, et F étant l'intervalle entre ce bord et l'électrode centrale. D est un scellement en verre conducteur.

J'envois d'ici certains dresser l'oreille en se disant : 4 étincelles pour le prix d'une, c'est du vrai bonheur ! Malheureusement, les lois de la physique font qu'il n'y aura qu'une et une seule étincelle générée à chaque allumage…

Cela dit, les 4 électrodes sont intéressantes ; lorsque la bougie est neuve, l'étincelle se fait aléatoirement entre l'une des 4 électrodes de masse et l'électrode centrale ; à mesure que les électrodes vont s'user, celles qui sont le plus sollicitées vont rétrécir plus vite que les autres, l'étincelle ne se produira plus sur celles là mais entre les électrodes les moins usées, la vie de la bougie sera rallongée d'autant.

* : cet écartement important fait que cette bougie doit être réservée aux allumages batterie-bobine, la haute tension générée par les allumages à volant magnétique donnant de meilleures étincelles pour un écartement d'électrodes de l'ordre de 0,4 mm.
Si ça ne rentre pas, prends un plus gros marteau (Lao Tseu, faussement attribué à Confucius).
Avec ce que je sais, on pourrait écrire un roman ; avec ce que je ne sais pas, on pourrait remplir une bibliothèque...
Mes tutos Youtube Mes calculettes pour mob
Pierre74
Visiteur assidu
Messages : 180
Enregistré le : 02 oct. 2019, 06:48
Localisation : 74, entre lacs et montagnes

Re: Question bougie

Message par Pierre74 »

Merci Fluky pour cette doc. On retrouvait dans cette bougie, le principe de "l'éclator"du gars au moteur de 4CV dans les expos. Les anciens coupaient en deux le fil de l'allumeur et le "re-scotchaient" en y intercalant un petit bouton en nacre de récup' en guise d'isolant entre les deux extrémités. Mais aujourd'hui, avec les allumages électroniques : plus d'interet.
Pierre74
Visiteur assidu
Messages : 180
Enregistré le : 02 oct. 2019, 06:48
Localisation : 74, entre lacs et montagnes

Re: Question bougie

Message par Pierre74 »

sp93 a écrit : 28 mars 2021, 21:43 certains allumage électronique adaptable ont l avance variable
le ducati monté parfois sur certaines magnum possède aussi l avance variable :
schema_allumage_malossi_mbk1.jpg
D'après le diagramme, ce DUCATI ne varie que de ... quatre degrés ! Il nous montre par la même occasion le sens "d'évolution" de l'avance à l'allumage par rapport au quatre temps. Mince, ça démoli toute la belle théorie du cycle thermodynamique d'OTTO qu'on se tue à décortiquer, c'est pas malin, il va falloir maintenant expliquer tout le contraire ! Il y a quelques années déjà, alors que l'occasion s'y prêtait, un gars nous fait une drôle de réflexion : "finalement, entre la turbine et le moteur à balayage, mise à part la combustion continue, il y a pas des lustres, le piston a simplement été remplacé par deux roues à aubes ! La turbine est logiquement la mise à plat du moteur deux temps !" Si le raccourci est flagrant, il faut reconnaitre que le bonhomme a une certaine logique.
Répondre